Librairie archi Paris VOLUME
47, rue Notre-Dame de Nazareth_Paris 3 (France)
M° République / Temple / Arts & métiers / Strasbourg-Saint-Denis
téléphone : +33 (0)1 85 08 02 86 / contact@librairievolume.fr

VOLUME_f
librairie et bien plus centrée sur l'architecture, l'urbanisme et le paysage
bookstore and so much more focused on architecture, urbanism and landscape
VOLUME_PARIS
Je veux des infos de VOLUME ! / Give me some news!

Du mardi au samedi de 11h00 à 20h00

From tuesday to saturday from 11.00(am) to 8.00(pm)

BIENTÔT CHEZ VOLUME
EXPOSITION
dessins

LES PORTES DE PARIS

THOMAS SINDICAS

jusqu'au 3 février
VOLUME HORS-LES-MURS
s
Mardi 13 MARS - 19H30

RENCONTRE SUBURBANISME RENCONTRE

LE PARC PLANÉTAIRE
la fabrication de l'environnement suburbain

Emeric LAMBERT

La ville suburbaine est l’utopie réalisée de la prospérité. Elle est l’expansion sans fin du confort à la campagne qui a transformé la planète en réseau de parcs. C’est la ville vernaculaire du XXe siècle.
Pour comprendre la fabrication de cette grande installation planétaire, Émeric Lambert dresse un portrait chinois du projet suburbain. Il reconstruit une histoire décentrée de la ville. En suivant l’épopée de la constitution de la ville de Sénart, il montre comment l’urbanisme planifié hérité de la modernité a cédé la place à l’opportunisme opérationnel. Il construit ainsi la théorie informulée du suburbanisme qui a œuvré au développement d’une ville informe et pourtant très efficace. 
Plus qu’une vision d’urbaniste, c’est un phénomène culturel, dont les ramifications s’étendent à la technologique, à l’art et à la politique, qui est exposé ici avec pragmatisme. Cette enquête suburbaine s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la fabrication de notre environnement et aux controverses démocratiques qu’elle soulève.

Thomas SINDICAS montre chez VOLUME ses dessins des Portes de Paris et des murs et des barrières qui parsèment le boulevard périphérique, la nouvelle frontière à franchir pour élargir Paris.

' La notion de porte délimite un dehors et un dedans, sépare le sacré du profane, mais induit aussi de nombreuses autres significations.
Le seuil, la porte, le passage sont si liés entre eux qu’il est difficile de les séparer. La porte est paradoxalement l’expression même de la séparation et de la relation. Appliqué à l’architecture, c’est un élément d’une grande importance symbolique. Les multiples formes que peuvent prendre les portes sont liées aux différentes époques et cultures mais aussi aux fonctions des bâtiments dont elles régissent l’accès.

L’histoire de Paris est marquée par les enceintes, ces fortifications qui furent successivement détruites, les limites de la ville se déplaçant toujours plus loin alors que la population ne cessait de croître.
Si le rôle des premiers murs était surtout défensif, le mur des fermiers généraux mis en place à la fin du XVIIIéme siècle a été construit dans le but de percevoir un impôt sur les marchandises entrant dans la capitale.

Les différents accès à la ville étaient représentées par des portes monumentales. La plupart des portes ont été détruites avec les enceintes, mais certaines ont été préservées en souvenirs d’événements mémorables et sont devenues des arcs de triomphes.
Ces monuments représentent des scènes de batailles et honorent la mémoire de dieux et de guerriers célèbres.

Aujourd’hui la notion de limite est devenue moins perceptible. La muraille n’est plus là pour séparer la ville de la nature. En effet, depuis l’enceinte fortifiée, les limites de la cité n’ont cessé d’avancer, jusqu’à se transformer en une zone diffuse. On entre en ville aujourd’hui progressivement, sans franchir aucune porte. 

On s’aperçoit tout à coup que l’on est entouré d’un tissu urbain sans pouvoir se souvenir du moment exact où le paysage est passé du statut de campagne à celui d’agglomération. Le face-à-face entre le visiteur et la ville est établi par la route qui y conduit.
Si le périphérique reste une enceinte de par sa forme et son histoire, la ville se trouve des deux côtés de cette ligne.

L’appellation « Porte » qualifie aujourd’hui les entrées et les sorties d’une autoroute circulaire délimitant administrativement Paris.
La figure de l’échangeur, le noeud autoroutier, représente cette superposition de réseaux, symbole d’un aménagement du territoire complexe ou la mobilité et l’accessibilité ont définis un autre rapport à l’espace.' 
Thomas Sindicas


Cette série de dessins réalisée entre 2015 et 2017, représente une partie de ces Portes ainsi que les murs et barrières qui les relient.

Jusqu'au 3 mars.

VOLUME au CAUE92 à Nanterre