Librairie archi Paris VOLUME
47, rue Notre-Dame de Nazareth_Paris 3 (France)
M° République / Temple / Arts & métiers / Strasbourg-Saint-Denis
téléphone : +33 (0)1 85 08 02 86 / contact@librairievolume.fr

VOLUME_f
librairie centrée sur l'architecture, l'urbanisme, le paysage et la photographie
bookstore focused on architecture, urbanism, landscape and photography
Je veux des infos de VOLUME ! / Give me some news!
Du mardi au vendredi de 11h00 à 20h00, le samedi de 11h à 19h

From Tuesday to Saturday from 11am to 8pm, Saturday from 11am to 7pm

EXPO EXPO

Jean-Christophe QUINTON

Les partenaires

l'agence immobilière spécialisée dans l'architecture des 20ème et 21ème siècle.

 

LA MICRO-BOUTIQUE EN LIGNE DE VOLUME EST PAR !

RECONTRE ART RENCONTRE

MERCREDI 27 OCTOBRE - 19h30

AILANTHUS ALTISSIMA

de

Simon BOUDVIN



« Huizi dit à Zhuangzi : J'ai un grand arbre qu'on appelle ailante. Sa grande partie basale est si gonflée et bosselée, qu'elle ne tombe pas sous la mesure du cordeau ni de l'encre, ses petites branches sont si torsadées et tordues qu'elles ne tombent pas sous la mesure du compas ni de l'équerre. Il a beau se dresser au bord du chemin, aucun charpentier ne se retourne pour le regarder. » Voici comment le philosophe chinois Zhuangzi, maître tao contemporain d'Aristote, décrivait l'ailante, un spécimen d'arbre qui se développe en plein coeur des villes et peuple désormais nos paysages quotidiens.
Pendant une dizaine d'années, Simon BOUDVIN a suivi l'évolution d'une population de plus de 500 ailantes et observé la mutation des quartiers dans lesquels ils se sont implantés. Sous la forme d'un inventaire photographique, il a documenté entre 2010 et 2020 les conditions de développement de ces espèces entre les communes de Bagnolet et de Montreuil.
À travers un texte et une série de photographies, Simon BOUDVIN interroge la place de ces arbres au sein des espaces urbains et, à travers cela, le rapport entre l'homme, la ville, et les espèces libres qui s'y développent de manière spontanée. Comment cette espèce s'est-elle adaptée au tissu urbain artificiel et à une politique d'aménagement hostile ? Comment a-t-elle été intégrée au champ de la botanique et aux cultures locales ? Et quelle est désormais la place que nous offrons à ces espèces exotiques et envahissantes qui apparaissent dans nos villes ?