Librairie archi Paris VOLUME
47, rue Notre-Dame de Nazareth_Paris 3 (France)
M° République / Temple / Arts & métiers / Strasbourg-Saint-Denis
téléphone : +33 (0)1 85 08 02 86 / contact@librairievolume.fr

Librairie archi paris Amis de VOLUME
VOLUME_f
librairie et bien plus centrée sur l'architecture, urbanisme et paysage
bookstore and so much more focused on architecture, urbanism and landscape
VOLUME_PARIS
Je veux des infos de VOLUME ! / Give me some news!
Du mardi au samedi de 11h00 à 19h00

From tuesday to saturday from 11.00(pm) to 7.00(pm)
BIENTÔT CHEZ VOLUME

EXPOSITION

Samuel HOPPE

photographies

ICI, LA TERRE S'ARRÊTE

Août 2016
VOLUME HORS-LES-MURS
/>
JEUDI 8 SEPTEMBRE - 19H30

EXPOSITION BOOKLAUNCH EXPOSITION

MiNDWALKS

Pauline MARCHETTI Jacques FERRIER Philippe SIMAY
Promenades mentales à Shanghai. Parce que cette ville est une expérience et une image que l’on porte avec soi. Loin du cliché de la ville générique, elle est une métropole vibrante, à l’image de ses habitants. Pour le comprendre, il faut la parcourir à pied, s’y risquer avec son corps et faire l’épreuve des lieux dans leur matérialité. Les diverses sensations, bruits, odeurs, mouvements, images, effleurements, nous baignent dans une réalité qui s’esquisse pas à pas et se dessine avec plus d’intensité au fur et à mesure de notre promenade. Dans ces quartiers de Shanghai, jusqu’alors méconnus, des histoires apparaissent fugaces ou prégnantes, des traces se révèlent, des figures s’imposent : elles sont autant de points d’entrée qui nous donnent l’opportunité de faire à notre tour partie de la scène urbaine. Entre (tel temps et tel temps), nous avons fait 8 promenades, chacune au sein d’un espace clairement délimité de 2000m par 500m, soit très exactement 1km². L’enjeu était de s’immerger dans une portion de Shanghai pour s’imprégner de ses ambiances, de ses images, de ses histoires et de les restituer sous forme graphique et narrative. Nous vous proposons 8 cartes d’un genre nouveau qui relèvent à la fois du plan, du récit et de la carte sensible. Elles visent moins à situer des éléments topographiques de façon objective qu’à rendre compte de l’expérience vécue et de ses multiples dimensions : le rythme, les impressions, les perceptions et les représentations qui lui sont associées. La subjectivité est ici un moyen de conjurer le détachement entre la métropole et ses habitants, de promouvoir un urbanisme à visage humain. Et de rappeler qu’une ville n’est peut-être rien d’autre qu’une émotion.


Exposition jusqu'au 14 septembre